Bienvenue sur votre site de référence, TCHADHANANA :  Mardi 14 Janvier 2014 La « Wargoulade » est le terme désormais retenu par nous, ressortissants du BET non soumis et non liés au système criminel, mafieux et pervers du régime MPS pour désigner les faits et actes posés par les nôtres qui volontairement ou inconsciemment se prêtent à des bassesses qui humilient et avalisent toute notre communauté. Au-delà de notre modeste communauté, nos actes aux cotés des ITNOS portent préjudice à notre pays tout entier et nous interpellent au plus haut point.Lire la suite en page centrale
                                                                                                                                                          Version anglaise Version arabe

«Affaire Habré»: Quand la Colombe de Bamina Veut se Poser sur la Tête du Lion de Faya

« L’Affaire Habré » » était (et est !) l’aspiration de toute une génération sacrifiée de Tchadiens qui voulaient entendre justice. Car entendre Habré parler ou se défendre devant un tribunal par rapport à ses passifs politiques pouvait déjà permettre aux Tchadiens éprouvés de connaître effectivement les vrais indicateurs (informateurs), leurs délateurs, tortionnaires et fossoyeurs qui ont permis à la DDS de se dévier de sa mission sécuritaire pour sévir et se déferler sur des paisibles citoyens qui ne pipaient mot de la politique de l’UNIR d’antan.

 Les actualités politico-juridiques qui nous viennent partout du Tchad et du Sénégal ces jours-ci nous laissent vraiment pantois quant aux récupérations de toutes sortes autour du dossier Habré. Contrairement aux dires et boniments de ceux qui s’affichent aujourd’hui, ce sont les victimes (rescapées) tchadiennes de la DDS et du régime UNIR qui ont saisi en premier lieu (et en son temps) la justice sénégalaise pour réclamer le jugement de Hissein Habré (ou HH) avant que le dossier ne devienne aujourd’hui un « calumet juridique » que se passent le Tchad (à travers le gouvernement actuel), le Sénégal (tous les régimes depuis décembre 1990), la Belgique, l’Union Africaine et je ne sais qui d’autre.

 Ce qui est sûr et qu’il faut reconnaître et retenir dans ce méli mélo judiciaire autour de « l’Affaire Habré », c’est que le dossier est avant tout un dossier des citoyens tchadiens, et non du gouvernement tchadien (actuel), moins encore du gouvernement Macky Sall (du Sénégal)! Car vu les élucubrations autour de ce dossier depuis presque 22 ans, le Tchadien de la rue ne sait plus exactement (jusqu’à là) qui de la justice tchadienne, des Chambres Africaines (Union Africaine), et de la justice sénégalaise veut juger, doit juger, ou bien est habilité à juger le président d’antan de l’UNIR à cause des passifs politico-criminels de son ancien régime au Tchad.

  HH est avant tout un citoyen tchadien avant de devenir, un refugié politique, un citoyen sénégalais et citoyen du monde (si on le veut bien) dans cette affaire. Vu les cafouillages autour des procédures et usurpation de titres de toutes sortes ce dernier temps, il faut à la fois que HH et les victimes tchadiennes (qui le poursuivent) soient tous rétablis à leur place et dans leur droit respectivement comme défendant et plaignants pour qu’il y ai un procès équitable.

 En fait, depuis la détention provisoire (dit-on) de Hissein Habré le 2 juillet 2013, il se passe un certain vedettariat judiciaire entre magistrats et avocats à Dakar et des déclarations tonitruantes à N’Djamena en faveur des victimes (plaignants). Tout ressemble plutôt ici à de la vendetta politico-juridique de la part du régime de Bamina ainsi que de la part du gouvernement du pays de la Teranga. En plus, les sorties médiatiques, parfois non nécessaires, du garde des sceaux du Tchad et les nouvelles charges qu’injecte personnellement l’homme de la renaissance du Tchad dans le dossier depuis N’Djamena ne présagent pas un bon parfum de démarches et d’instructions judiciaires pour un dossier aussi sensible pour nos parents et amis, les vraies victimes. Aussi, vu les promesses actuelles de N’Djamena par rapport à l’aboutissement du dossier, n’y aura-t-il pas du pleurer-rire à la fin du procès si les victimes de l’UNIR sont déboutées dans leur requête par l’institution, le pays ou le gouvernement qui doit juger HH?

 Alors, que N’Djamena se ressaisisse dans cette affaire! Car la colombe de Bamina risque de mal se poser sur la tête du lion de Faya à cause de la puérilité de ses bavardages et les mauvais battements de ses ailes devant ce tourbillon de cafouillage juridique au pays de la Teranga(voire au delà).

 D’ailleurs plusieurs observateurs avertis de la scène politique internationale sont déjà sortis pour critiquer à haute voix les incohérences dans les démarches judiciaires et dans les bavardages politiques puérils de N’Djamena autour du dossier. Car l’arrestation (ou l’enlèvement selon) et la détention provisoire d’Habré ne doivent en aucun cas déjà être interprétées par N’Djamena comme une victoire judiciaire ou une vraie condamnation du « lion de l’UNIR » pour berner le peuple tchadien à marcher sous le soleil d’été, en attendant des lendemains qui doivent chanter au sortir de ce procès pour les victimes. Un procès n’est jamais gagné d’avant quelques soient les faits ou preuves !

 Voyons voir chers parents et compatriotes comment on mélange les pinceaux du coté du Tchad! On a décrété une journée de deuil (chômée et payée) et de marche au Tchad (il y a quelques jours) après la détention provisoire  de HH à Dakar. Oui, arrêter HH et le faire connaître la prison pendant même une journée peut déjà satisfaire certains esprits. Mais que signifie la prison (ou détention provisoire) pour celui qui a passé des années dans des grottes et des dunes du Tibesti et du BET en tant que rebelle et chef de guerre au Tchad? Le bon vent des salons et la Dolce Vita entre N’Djamena et Dakar ont-ils déjà automatiquement enlevé cette capacité humaine de résilience en l’homme du 7 juin 1982? En attendant, comprenne qui pourra!

 Le regain de zèle du gouvernement tchadien actuel à voir coûte que coûte le « dossier Habré » aboutir en un procès (et surtout en une condamnation du principal accusé!) pour le grand bonheur des victimes et familles tchadiennes commence déjà par créer de soupçons et à mettre certains Tchadiens (éclairés) à la défensive dans leur soif de justice devant le lion de Faya. C’est à se demander si les justiciers de Ndjamena  savent-ils faire le distinguo entre soupçon et culpabilité, présomption d’innocence et condamnation dans leur move judiciaire? Le droit de réserve et la présomption d’innocence dans une instruction judiciaire existent-ils encore à Dakar ou à N’Djamena de nos jours?

 Tenez, aucune justice n’a encore entendu et condamné HH. Mais le gouvernement tchadien a déjà créé une caisse d’indemnisation des victimes (dont la première tentative de versement est malheureusement déjà détourné dit-on !). Pourquoi arrêter et séquestrer déjà des gens qui ne sont pas cités nommément en public dans un crime, ni encore demandés par la justice sénégalais ou ces Chambres Africaines pour un quelconque tort ?

 Les victimes et témoins dans « l’Affaire Habré » ne sont pas encore entendus. Mais à N’Djamena on a commencé à arrêter des quidams soupçonnés comme complices ou co-auteurs des crimes de la DDS sous HH. Ce qui frise l’entendement, ce qu’on entend dire qu’on a déjà commencé à répertorier les biens de HH pour éventuellement indemniser les victimes tchadiennes. Y-a-t-il un quelconque tribunal qui a déjà condamné HH à verser des dommages et intérêts aux ayants droit ou victimes tchadiennes dans ce procès qu’on attend toujours?

 Ou bien fait-on allusion ici que la condamnation de HH par contumace suite aux évènements du 2/2/2008 au Tchad entraine automatiquement la saisie de ses biens (pour cette condamnation) pour verser des dommages et intérêts aux victimes de la DDS? Pourquoi l’Etat tchadien n’a-t-il pas pensé déjà à indemniser les victimes tchadiennes avec l’argent du pétrole en attendant celui de HH? Ce qui est marrant en plus, on fait également savoir/croire à la population tchadienne que c’est seul Habré qui est visé dans cette affaire jusqu’à preuve du contraire. Pourtant il y a des agents de l’ancienne DDS (connu des victimes rescapées) qu’on peut voir et retrouver à la présidence du Tchad, à l’ANS, à la GNNT, dans les gendarmeries et brigades du pays en train de servir et sévir sous un autre manteau avec les mêmes méthodes qu’on reproche au régime UNIR. Comme quoi, N’Djamena doit commencer d’abord à balayer devant sa cour avant d’interpeler Interpol à le faire à sa place.

 La vraie préoccupation des Tchadiens (lucides) dans leurs demandes de justice ici n’est pas de condamner par anticipation HH (comme on le voit).  Mais ils veulent plutôt l’entendre ou le faire parler par rapport à ce qu’il connaît/connaissait de son système sécuritaire (la DDS) qui est devenu par la suite un monstre et bourreau des Tchadien en général pour que cela ne se répète plus. Qu’on me contredise si on n’a pas vu des autocollants au Tchad dans les années 1990 avec un écriteau:« Plus jamais ça »? 

Alors, il ne faut pas se leurrer, il y avait des Tchadiens de tout calibre qui avaient utilisé et abusé du système DDS au nom d’Habré lui-même et de l’UNIR (tantôt pour protéger le Tchad et les Tchadiens face aux ennemis intérieurs et extérieurs, comme aimaient le chanter les camarades de l’UNIR). Finalement, il faut que le pont de liane judiciaire construire entre Dakar et N’Djamena permettre aux victimes tchadiennes et Habré de voir le bout du tunnel dans ce dossier sans entorse au droit des uns et des autres à une justice équitable. Car les matériaux qui devaient aider à construire ce pont de liane judiciaire sont déjà désuets et ne reflètent pas les exigences techniques d’un bon jugement pour tous.

 

Laounodji M. Monza

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises html: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 

Pour plus de sécurité, veillez entrer la bonne réponse. *

Copyright © 2006 - 2013 — TCHADHANANA. Tous droits réservés | Développé par Ing. A.C Djorkodei
Merci pour votre visite !
Tweeter