Bienvenue sur votre site de référence, TCHADHANANA :  Mardi 14 Janvier 2014 La « Wargoulade » est le terme désormais retenu par nous, ressortissants du BET non soumis et non liés au système criminel, mafieux et pervers du régime MPS pour désigner les faits et actes posés par les nôtres qui volontairement ou inconsciemment se prêtent à des bassesses qui humilient et avalisent toute notre communauté. Au-delà de notre modeste communauté, nos actes aux cotés des ITNOS portent préjudice à notre pays tout entier et nous interpellent au plus haut point.Lire la suite en page centrale
                                                                                                                                                          Version anglaise Version arabe
Publié le: ven 24 Mai 2013

Mokhtar Belmokhtar aurait « supervisé lui-même » les attaques d’Agadez et Arlit

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar a « supervisé lui-même » les attentats meurtriers commis jeudi 23 mai au Niger contre l’armée nigérienne et le groupe français Areva, a affirmé le porte-parole de son groupe, « Les signataires par le sang », cité par l’agence mauritanienne en ligne Alakhbar. D’après El-Hassen Ould Khlil, alias « Jouleibib »,  « plus d’une dizaine de combattants ont participé à ces attaques », menées conjointement selon lui avec le groupe jihadiste Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) qui avait auparavant revendiqué les attentats auprès de l’AFP à Bamako.

Mokhtar Belmokhtar

« Jouleibib » a indiqué que l’opération avait été nommée du nom d’Abou Zeid, un des dirigeants d’Al-Qaida au Maghreb islamique, tué fin février dans le massif des Ifoghas (nord du Mali) par l’armée française qui intervient depuis le 11 janvier au Mali aux côtés d’armées africaines contre les groupes jihadistes.

Mokhtar Belmokhtar, un ancien dirigeant d’Aqmi, avait quitté ce groupe fin 2012 pour créer son propre mouvement, Les signataires par le sang, dont la première action d’envergure avait été une prise d’otages massive et sanguinaire en janvier sur un site gazier à In Amenas, dans le sud de l’Algérie.

Le président tchadien Idriss Déby Itno, dont l’armée intervient au Mali avec l’armée française, avait affirmé en avril que Belmokhtar s’était « fait exploser » peu après la mort d’Abou Zeïd. La France avait confirmé le 23 mars la mort d’Abou Zeid, mais pas celle de Mokhtar Belmokhtar dit le « Borgne ».

Le Monde

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises html: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 

Pour plus de sécurité, veillez entrer la bonne réponse. *

Copyright © 2006 - 2013 — TCHADHANANA. Tous droits réservés | Développé par Ing. A.C Djorkodei
Merci pour votre visite !
Tweeter