Bienvenue sur votre site de référence, TCHADHANANA :  Mardi 14 Janvier 2014 La « Wargoulade » est le terme désormais retenu par nous, ressortissants du BET non soumis et non liés au système criminel, mafieux et pervers du régime MPS pour désigner les faits et actes posés par les nôtres qui volontairement ou inconsciemment se prêtent à des bassesses qui humilient et avalisent toute notre communauté. Au-delà de notre modeste communauté, nos actes aux cotés des ITNOS portent préjudice à notre pays tout entier et nous interpellent au plus haut point.Lire la suite en page centrale
                                                                                                                                                          Version anglaise Version arabe
Publié le: sam 15 Déc 2012

Tchad: Est-ce l’histoire ou l’enfer de trios qui nous maudissent?

C’est le Tchad qui fait « la Une » depuis plus de 52 ans jour pour jour, mais encore et toujours le pire qui hante les tchadiennes et tchadiens. Toutes nos condoléances à la famille de notre cher frère le syndicaliste Gustave Mbaïlaou Bétar. Pourquoi y-a-t-il un total ‘black-out’ médiatique au niveau international sur tous ces crimes qui se passent au Tchad? Même ceux d’africains comme Africa24, Africa n1 et autres ni ne rapportent officiellement, ni ne rendent publics ces crimes ! Quel malheur ! Nous apportons tout notre soutien indéfectible aux travailleuses et travailleurs du Tchad pour leurs droits de salaires dénis par le régime d’Idriss Deby.  De toutes les façons, rien n’a changé dans notre histoire et notre vie depuis 52 ans. Est-ce l’histoire ou l’enfer de trios d’Idriss Deby, de Hissein Habré ou Col. Kadhafi qui nous maudissent?
1. Idriss Deby :
Nous les tchadiennes et tchadiens critiquons un certain soi-disant ‘régime d’Idriss Deby’ ; hors, un régime, c’est un ensemble des gens qui sont sous les ordres ou la bienveillance des autorités démocratiques, dictatrices, monarchiques, etc.;
Dont on ne peut accuser ces gens individuellement que si d’abord les lois sont au-dessus des hommes et que si ces gens soient libres et indépendantes de s’exprimer, d’accepter, de rejeter ou de refuser des ordres ou des décisions unilatérales qu’elles jugent non bénéfiques pour l’intérêt général de leurs peuples;
Que ces gens se sentent conscientes et responsables des peuples qu’elles représentent, que ces gens soient libres de refuser l’arbitraire au nom et pour le compte de leurs peuples et qu’elles s’assurent que les peuples ne soient pas tenus sourds, aveugles et muets, dans l’ignorance, etc.
Hors qu’avec la dictature d’ID, les tchadiens n’ont pas d’autres choix que d’être des ‘béni-oui-oui’ et ou d’être des vrais griots tout faits, par exemple, d’être des genres de Me Padaré qui dit que « les mots du président sont sacrés », d’être de genre d’Emmanuel Nandingar qui considère Idriss Deby comme : «Le béni de Dieu », etc., et tout cela c’est juste pour survivre avec leurs enfants seulement.
Donc, ce n’est pas la peine de les en vouloir. Regardons par exemple, pour plaire à Idriss Deby, un soi-disant ‘le procureur de la République’ ordonne très simplement la mort d’un citoyen, en occurrence notre frère Mbailaou parce qu’il a ri au cours de leur mascarade d’audience dans l’affaire de la grève sociale de l’UST (l’union de syndicats du Tchad) qui s’oppose à la dictature.
Nous tchadiens critiquons les Zaghawa, les Bideats, etc., jusqu’à la famille respective d’Idriss Deby mais cette mentalité ne va pas nous faciliter pour l’unité que nous sommes en train de chercher pour un vrai changement dans les actions et dans les faits et non de la bouche. La seule personne que nous voulons et souhaitons son départ du pouvoir c’est seul et seulement seul Idriss Deby, ni plus ni moins.
Donc, c’est pourquoi, nous croyons et souhaitons sans réserve à toute personne, femme ou homme, de quel coin du Tchad que ce soit d’être la ou le président du Tchad dans l’après-Deby à seule condition que cette personne puisse privilégier honnêtement la démocratie et la justice équitable pour tous les peuples du Tchad sans aucune exception en cherchant plutôt leur bonheur individuel et collectif. Nous avons besoin d’une personne qui se soucit de la vie et l’avenir de générations futures tchadiennes.
C’est déjà suffisant, ces guerres et divisions de 52 ans qu’Idriss Deby est le premier et le dernier à les renforcer et les finaliser à cent pour cent 100% durant plus de 22 ans de son pouvoir personnel ; par exemple, en partageant même de chefferies traditionnelles entre père et fils, entre de frères de même père, dans le même clan, etc., dans tout le Tchad. Pourquoi ? Est-ce cela qui veut-il dire s’attaquer au développement d’un pays ?
 Depuis qu’Idriss Deby est amené au pouvoir au Tchad en Décembre 1990 par nos maîtres en remplacement du Président H. Habré, le Tchad est devenu le pays le plus corrompu au monde durant tout le long de 22 ans de pouvoir absolu d’Idriss Deby (voire rappelons-nous du rapport annuel de Transparency International du 5 Décembre 2012 de cela il y a quelques jours, pays le plus pauvre de pauvres, malgré toutes les ressources qui sont déjà à notre portée telles que le pétrole qui coule depuis neuf (9) ans, des opportunités économiques, scientifiques, culturelles, technologiques, diplomatiques et bien d’autres à l’échelle nationale, sous-régionale, régionale  qu’internationale.
Mais malheureusement, le pire est encore devant nous toujours et c’est tant que nous ne nous unissons pas pour lutter contre les dictatures au Tchad faute de quoi personne de nous, non seulement ne verra le moindre bonheur, du moins dans un proche ou moyen avenir, mais le pire sera plus présent que tout ce qu’on a vu jusqu’aujourd’hui, parce que nos problèmes sont plus nombreux et complexes que la seule tête d’Idriss Deby. Vrai ou Faux ?
Avec Idriss Deby ou pas, ces problèmes ne seront jamais résolus tous seuls. La seule et unique solution est notre prise de conscience pour notre unité avant tout et tous les restes de détails, par exemple (être chef de canton ou non, qui mérite quoi, fédération ou non, etc.) ne viendront que dans une justice égale et équitable, dans la paix totale, dans la quiétude, etc.
2. H. Habré :
Malgré des accusations du mal de chacun et chacune de nous tchadiennes et tchadiens contre H. Habré, vaut mieux dire la vérité et rien que la vérité que de fuir la verité et c’est cela même qui fait la différence entre les humains dans notre nature. Aujourd’hui, il y a beaucoup de nous, se faisant politiciens aimons garder le silence sur des sujets brûlants et tranchants comme l’affaire de H. Habré, ou celui des régimes politiques français ou d’autres, bien sûr, croyant qu’on va conquérir le pouvoir à Ndjamena en évitant de dire la vérité tout en comptant sur les pouvoirs politiques en France.
 À notre propre sens, plus on veut fuir la verité, plus on n’aura rien de bon et d’ailleurs, dans plus de 98% de cas qui fuient la vérité, l’on sera certainement comme Idriss Deby lui-même ou pire! Sinon pourquoi fuir la vérité ? Fuir la vérité ou garder le silence dans de situations difficiles ne signifie pas nécessairement qu’on est plus intelligent (e), plus juste ou plus chanceux (se).
Pour de gens qui connaissent qu’est-ce qu’un pays ou la valeur d’une nation, H. Habre peut être un héro à jamais même si nous le haïssons à cause de problèmes personnels; par exemple, le cas de Mao-Tyoung, parce qu’on ne l’accuserait pas seulement d’avoir éliminé de dizaine, de centaine ou de milliers de personnes mais c’est de millions et de millions qu’on l’aurait accusé mais aujourd’hui il serait l’un de leur rare idole et héro national à cause de l’intérêt général de leur patrie, la Chine dont H. Habré aussi le méritera probablement par les générations futures d’ici plusieurs siècles après, parce que les gens en ce temps ne se rappelleront de nombres de morts mais se sentiront fiers à cause de la libération de leur pays d’une occupation étrangère.
Mais la seule chose que nous souhaitons personnellement, c’est de ne jamais, au grand jamais souhaiter la mort à une personne humaine que ce soit tchadienne, noire, blanche, jaune ou rouge, etc. pour être un héro. Pourtant, il y a beaucoup qui souhaiteraient plutôt que leur pays devienne plus puissant à l’avenir que quelques groupuscules des ignares et d’égoïstes assoiffés de pouvoir pour leur histoire personnelle qui jutent leur bonheur personnel au prix du  sang et de sueur des autres comme les genres d’Idriss Deby.
Pour nous les tchadiennes et tchadiens, on tient au cœur de petits détails d’affinité familiale et clanique. Pourtant, en plus de 52 ans de destruction du Tchad pendant ces guerres imposées, qui n’a pas perdu au moins un ou des membres de sa famille ou de son clan? C’est là nos problèmes !
Si chacun et chacune de nous connait déjà le mal de chacun et de chacune de nous autres,  alors, tout est réglé, n’est-ce pas ? Qui connait le nombre de tchadiennes et tchadiens qui sont tués depuis lors? Combien de frères, sœurs, nièces, neveux, oncles, tantes, cousins, amis de H. Habré lui-même sont morts dans tout ce parcours ? Pourquoi ?
Alors, qu’on comprenne bien que nous ne sommes pas en train de défendre H. Habré, c’est très loin de là, mais juste nous voulons être objectif et honnête avec nous-mêmes, nous voulons également montrer la différence d’être à la fois mesquin, lâche et traitre pour garder de silence avec de petits calculs sur des affaires montées de toutes pièces de ce genre contre H. Habré ou contre toute autre personne humaine de façon si hypocrite que nos maîtres auraient complotées pour prouver surtout à l’homme noir qu’ils sont les plus forts pour gérer les esclaves à leur guise, autrement dit, il n’y a rien de quoi à rendre justice aux tchadiennes et tchadiens dans tout cela.
Le vrai problème, si on dit la vérité, n’est pas de chercher à savoir si H. Habré a tué des gens ou non mais c’est de vouloir utiliser des ignorants, des innocents, des opportunistes assoiffés de liasse et impatients de vie luxe, de malveillants, etc., et tous les moyens sont bons et mis en place pour qu’ils parviennent à éliminer physiquement H. Habré, mais malheureusement, si on élimine H. Habré ou non, de millions de tchadiennes et tchadiens qui sommes vivants sommes plus menacés que ceux qui sont déjà morts. Paix à leur âme !
Qu’ils parviennent à l’éliminer physiquement ou non, H. Habré est une seule personne, un homme qui a déjà marqué son histoire dans l’honneur de son pays et avec cet âge très avancé, son assassinat, encore sous les ordres aveugles de nos maîtres ne fera que plutôt renforcer sa victoire d’un Héro National dans l’histoire du Tchad que de jouir son mal par rapport aux autres millions de tchadiennes et tchadiens qui sommes en train de mourir à petit feu sans aucun lendemain meilleur.
Si on veut rendre justice à de tchadiennes et tchadiens contre H. Habré, pourquoi soutient-on Idriss Deby au pouvoir pendant 22 ans pourtant qu’il est en train de massacrer les tchadiens par tous les moyens à sa dispositions? Regardons, par exemple, Idriss Deby reconnait à contrecœur tout récemment la liquidation pire et simple, au vu et au su du monde entier de 973 victimes à leur tête notre cher frère le Dr Ibni Omar M. Saleh à la suite des événements de Février 2008 à Ndjamena, etc., et personne ne lui demande rien à part une poignée de personnalités incluant ses propres enfants dont nous remercions sans mesure leur Excellence, Monsieur l’Honorable Député-Sénateur Français Gaëtan Gorce et ses collegues qui n’ont jamais relâché cette affaire.  Alors, où sont les parents de toutes ces victimes? Où sont les gens de droits de l’homme avec Reed Brody, Alioune Tine, etc.?
Si on veut rendre justice, combien de gens ont péri sous le régime de Tombalbaye, de General Malloum Ngakoutou Beindi qui se sont bien passés bien avant H. Habré et qui n’a pas perdu des parents pendant le règne de tous ces régimes? Ou bien d’une manière générale, qui fait quoi pour les victimes d’Idiamin Dada d’Ouganda, de Mobutou de Zaïre, de Mengustu d’Ethiopie, etc.?  Où sont les parents et ou où sont les gens de droits de l’homme de toutes les victimes probables de ces régimes africains et autres?
Pourtant, il y a bien leurs parents qui peuvent être là plusieurs fois plus nombreux que les morts mais seulement, personne ne fait rien (ni les sensibiliser, ni les organiser, ni les motiver, ni les payer, comme on faisait dans le cas de H. Habré) pour les aider à réclamer la justice contre des bourreaux des uns et des autres.
Donc, nos maîtres qui veulent seulement et absolument la peau de Habré, ont-ils rendu justice à qui? Aux Palestiniens ? Aux congolais? Aux Irakiens ? Ce sont de faux problèmes d’ordre politique qui sont sciemment et intentionnellement orchestrés pour des intérêts partisans et non avoués qui se trament au nom d’une justice quelconque pour laver le cerveau des ignorants, des traitres, des assoiffés de pouvoir pour le pouvoir, des opportunistes en quête de pétrodollars, etc. de tous bords.
Même si nous n’aimons pas H. Habré pour de raisons strictement personnelles, sans lui, le Tchad tout entier sera aujourd’hui sous l’occupation étrangère et que nos maîtres-mêmes n’auront eu l’occasion d’amener Idriss Deby au pouvoir en remplacement de H. Habré. Imaginons un peu le sens de qu’est-ce qu’une occupation étrangère?
 C’était grâce à la détermination inouïe et sans faille de Habré que les tchadiennes et tchadiens se sont sacrifiés pour que nous soyons hors d’occupation étrangère aujourd’hui ; le voyoutisme de Col. Kadhafi qui a occupé et annexé le Tchad pendant plus de 6 années à l’aide d’autres tchadiens qui ignoraient éperdument les choses à juste valeur. Qui ne connait pas ce que Kadhafi a fait au Tchad?
On n’a pas fini avec le bienfait de H. Habré au Tchad :
C’est-à-dire, pendant 8 années consécutives, jour pour jour, le Tchad était en guerre totale contre l’armée de Col. Kadhafi et en même temps, H. Habré a fait du Tchad, un pays, un Etat et une Nation où tout fonctionne bien sur beaucoup de plans (socio-économiques, politiques, etc.) jusqu’à l’étranger où le Tchad a eu une image sans précédent, c’est-à-dire que les tchadiens étaient mieux respectés.
 
Comparons-nous aujourd’hui où ils sont traités partout à travers le monde entier comme de rien du tout, par exemple, demandons la différence à toutes les tchadiennes et tchadiens qui vivent en Arabie-Saoudite, en Libye, en RCA, etc. ; c’est pourquoi des jaloux haineux, des égoïstes, des pauvres et eux-mêmes criminels, nationaux ou autres voyous veulent sa peau. Si on n’a pas amené ce voyou d’Idriss Deby au pouvoir à Ndjamena, nous ne remarquerons peut-être même pas de sitôt la différence entre des hommes au Tchad ou même sur la terre.
 
Par ailleurs, ce n’est pas seulement au Tchad mais dans le monde entier, il n’y a jamais eu une personne en charge d’autres gens ou de tout d’un pays qui soit parfaite avec zéro critique. Donc, H. Habré, même si on l’accuse ou pas d’avoir tué des gens, seuls ceux et celles qui ont eu à travailler avec lui comme ses collaboratrices et collaborateurs directs peuvent nous dire les vraies qualités de H. Habré par rapport à ce foutraque d’ID.
Regardons, par exemple, parait-il que le Col. Kadhafi lui-même aurait soufflé que H. Habré est son seul ennemi de taille dans ses projets surtout en Afrique et qu’Idriss Deby est devenu son meilleur ami mais les tchadiens sont malheureux parce qu’il leur sera difficile de retrouver un homme comme Habré pour leur pays en ajoutant que ce qu’il a laissé comme héritage du mal, les tchadiens ne se débarrasseront un jour plus vite et définitivement de cela qu’avec un homme comme H. Habré.
Et le Col. Kadhafi connait bien la différence entre HH et ID ; par exemple, HH a lutté sans merci et sans aucune concession de quelque nature que ce soit contre Kadhafi jusqu’à mettre en déroute totale toute l’armée libyenne en récupérant comme butin de guerre des dizaines des avions de chasse y compris des hélicoptères M-21 russes de dernier cri et beaucoup d’autres appareils de guerre intacts, de centaines de chars blindés, des armements de toutes sortes et faire plus de dizaines de milliers de prisonniers de guerre de l’armée de Khadafi qui était la 2e ou la 3e Armée la plus puissante en Afrique en ce temps à Wadi-Dom, à Fada jusqu’à Ma-atane Sarra, 200 klm à l’intérieur de la Libye.
Mais tous ces fameux biens matériels chers et rares qui représentent le sang de nos frères tombés aux champs d’Honneur sont remis à Kadhafi par Idriss Deby en échange de quelques dollars seulement. Col. Kadhafi voulait effacer toutes les traces de sa débâcle mais notre fennec de Bamina n’a aucun sens de la gloire nationale du Tchad! Pour Idriss Deby, seule l’histoire du nom Itno qui compte et tient absolument à parvenir à établir une dynastie Itno ; par exemple, regardons ce qu’il a fait comme la nomination de sa sœur cadette qui ne sait ni lire ni écrire comme Maire de la ville de Ndjamena, la capitale du Tchad, etc. et tout ça c’est pour l’histoire et la gloire du nom de Idriss Deby Itno seulement.
3. Le Col. Kadhafi :
– De un, depuis sa mort comme un chien errant sous les balles de révolutionnaires, nous entendons des gens parler de Kadhafi comme un sauveur de l’Afrique toute entière. Nous pouvons prouver à beaucoup de nos propres sœurs et frères tchadiens  à l’exemple de notre frère le Dr Ley qui voulait le défendre, le mal que Kadhafi a fait au Tchad, parce que nous ne croyons jamais une chose et son contraire en même temps :
-De deux, Kadhafi a détruit systématiquement toutes les palmeraies au BET, empoisonné tous les puits et d’autres points de sources d’eau au BET, il a semé et enfoui de milliers et de milliers de différentes catégories de mines dans tout le BET jusqu’à l’heure actuelle on peut aller voir ces champs de mines dans certains coins au Tibesti à perte de vue comme un champ de cultures, etc., il a exterminé tout le cheptel  du Tchad par des armes mitrailleuses et  avoir déporté les restants en Libye. Est-ce que le BET n’est pas le Tchad?
-De trois, en plus de libyens eux-mêmes, Kadhafi a fait violer et exécuter presque toutes les populations du BET mais tellement que nous sommes ignorants, ridicules et apatrides, pas de remords de tout cela et plus grave, on n’a même pas honte de glorifier et défendre Kadhafi publiquement. Quelle ignorance et indifférence envers notre propre patrie!
Enfin, que ce soit l’enfer ou l’histoire de trios de Col Kadhafi, de H. Habré ou d’Idriss Deby, les tchadiennes et tchadien sommes non seulement maudits mais le bout du tunnel, même sans les trios ne sera visible que si et seulement si nous-mêmes, nous nous unissons pour prendre notre destin en main. Tchadiennes et tchadiens, que l’année 2013 qui commencera dans quelques jours soit porteuse d’espoir de changement pour l’avenir de nos enfants. Vive le Tchad, vive les tchadiennes et tchadiens, abat les dictateurs! 
Korei Djimi, Président de RTJ.

À propos de l'auteur

Visualisation 1 Comments
Exprimez-vous
  1. wourgouley dit :

    La verité du peuple nomade Gorane
    Frédéric LOPEZ revient d’ici quelques années, avec une émission télévisée, appelée : retour en terre inconnue chez les Goranes, pour permettre à l’actrice, réalisatrice et auteur française Sylvie Testud ; de prendre des nouvelles des personnes rencontrées (Adoum, Dahbie, BarkaÏ et Khaltouma…) lors de son voyage rendez-vous en terre inconnue chez les Goranes.
    « Le rendez-vous en terre inconnue est une histoire sans fin » comme le dit Gérard Juguet. Les Goranes sont des peuples nomades vivant au Kanem, Borkou, Tibesti et Ennedi ; qui survivent de l’élevage et la vente de bétails et de dattes. Ils ont libéré le Tchad de la Lybie. Mais aujourd’hui, ils vivent dans la peur et la misère. Par contre, leur région le BET est riche en sous sol, mais jusqu’à là reste inexploitée. Depuis la défaite de 1990, Ils rêvent de l’indépendance de leur région le BET, jusqu’à là reste sans réponse, malgré les guerres répétées contre le gouvernement central.
    Les Goranes vivent depuis des siècles, dans le désert avec des petites maisonnettes construites en paille. Ils n ont rien bénéficie de l’Etat central Tchad, depuis le départ d’Hissein Habré au Sénégal. Aujourd’hui dans leur région, ils n ont pas des hôpitaux, des écoles et des administrations dignes. L’Etat central tchadien leurs a abandonnés à eux-mêmes, c est les cas d’Adoum, Dahbie, BarkaÏ et Khaltouma et les autres. Comme l’a remarqué Florence Malleron dans les retours en terre inconnue chez les Goranes : « Ils ne sont que louanges pour leur pays. L’hostilité du désert, la rigueur du climat, le manque d’eau ont forgé le caractère des Goranes, peuple nomade de l’Ennedi, une région isolée du nord tchadien. Frédéric Lopez a convié l’actrice Sylvie Testud à découvrir comment, au XXIe siècle, il est possible d’être profondément heureux et reconnaissant à la vie tout en occupant une terre impénétrable, loin de l’idée d’abondance.
    Les Goranes sont éleveurs de dromadaires. Leur troupeau est leur assurance vie. Sans lui, pas de déplacements envisageables. Or le destin de ces populations est de bouger sans cesse. L’eau est à plusieurs jours de marche. Leurs longues caravanes, venues de la nuit des temps, traversent des espaces infinis. Dans un paysage grandiose, ils s’acheminent vers les profondeurs d’un canyon où se dissimule la rivière, véritable trésor et point de ralliement des tribus et de leurs animaux.
    Courage et force de caractère sont les qualités primordiales. Pour survivre au milieu du Sahara, il ne faut pas plier. Est-ce pour cela que les hommes montrent un visage dur et autoritaire ? Pendant qu’ils s’occupent de leurs dromadaires, les femmes veillent sur le petit bétail, pilent le mil ou coupent le bois. Chacun évolue dans des mondes parallèles. Les repas ne sont jamais pris en commun. Ce serait une humiliation pour un Gorane que d’assister sa compagne à la confection des plats.
    Les relations conjugales sont parcimonieuses. Sylvie Testud a rencontré en Khaltouma son alter ego nomade. D’emblée, la complicité s’est installée entre les deux jeunes femmes. Chacune tente de comprendre le mode de vie de l’autre. Avec une extrême douceur, Khaltouma raconte son mariage forcé, sa tentative de fuite et la brutalité de son mari lorsqu’il la retrouve et l’enlève, la jetant comme un sac sur un dos de dromadaire. C’est le moment le plus émouvant de cette rencontre. Aucun signe de tendresse ne traverse le regard des Goranes lorsqu’ils évoquent leurs épouses. La splendeur des images ne parvient pas à effacer le sentiment de tristesse qui naît du regard résigné de ces femmes.»
    Nous pensons que l’Etat central tchadien, changera de politique sur le BET, avant le retour en terre inconnue chez les Goranes, prévit d’ici 3 à 5ans. Il sert à prendre de nouvelles Adoum, Dahbie, BarkaÏ et Khaltouma et les autres et dire ce qu’ils sont devenus après l’émission de rendez vous en terre inconnue avec Sylvie Testud, de février 2012. Nous demandons à l’Etat tchadien de prendre sa responsabilité et de développer le BET et changer la vie d’Adoum, Dahbie, BarkaÏ, Khaltouma et les autres avant le retour en terre inconnue chez les Goranes. C’est une réponse très sensible qui joue avec l’honneur de Goranes en général et le Tchad en particulier. Si l’Etat tchadien n’a pas prit sa responsabilité et nous a humilié aux yeux du monde, comme celle de rendez-vous en terre inconnue. Nous les Goranes intellectuels ; nous engagerons une demarche politique et militaire pour l’indépendance du BET sur la chaine nationale et internationale et nous l’obtiendrons. Bon entendeur salut !

    Fait à Québec le 10 décembre 2012
    Wourgouley M.M

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises html: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 

Pour plus de sécurité, veillez entrer la bonne réponse. *

Copyright © 2006 - 2013 — TCHADHANANA. Tous droits réservés | Développé par Ing. A.C Djorkodei
Merci pour votre visite !
Tweeter