Bienvenue sur votre site de référence, TCHADHANANA :  Mardi 14 Janvier 2014 La « Wargoulade » est le terme désormais retenu par nous, ressortissants du BET non soumis et non liés au système criminel, mafieux et pervers du régime MPS pour désigner les faits et actes posés par les nôtres qui volontairement ou inconsciemment se prêtent à des bassesses qui humilient et avalisent toute notre communauté. Au-delà de notre modeste communauté, nos actes aux cotés des ITNOS portent préjudice à notre pays tout entier et nous interpellent au plus haut point.Lire la suite en page centrale
                                                                                                                                                          Version anglaise Version arabe
Publié le: mer 28 Nov 2012

Tchad : Peut-on battre sa femme parce qu’on l’a dotée?

Les mots sont parfois faibles pour décrire certains méfaits commis dans notre société contre les femmes, celles qui nous portent neuf mois dans leurs ventres et nous font voir le jour. La société africaine semble confondre le rôle d’une femme à celui d’un domestique ou un simple objet de plaisir. Ajouté à tout cela les fausses croyances ainsi que certaines coutumes barbares, vraies barrières à l’épanouissement de la femme, elles n’ont pas de lieu où poser les pieds dans notre société.
Une dot est un échange de biens qui accompagne le mariage dans certaines cultures. Il peut s’agir de biens dont la femme ou le mari sont dotés par leurs familles, mais aussi d’un don entre époux, ou d’un don à la famille de l’épouse ou de l’époux. Toutefois, l’anthropologie distingue la dot, apportée par la famille de l’épouse au ménage, du prix de la fiancée, don fait à la famille de l’épouse (à la différence du douaire, fait directement à l’épouse).
La dot en islam, permet à la femme d’avoir son propre patrimoine.
Cependant, la dot ne donne aucunement à l’époux, la légitimité d’être le maître absolu ou de considérer sa femme comme étant son esclave.
Ainsi, il est dit dans le Coran je coite: Et donnez aux épouses leur dot -mahr-, de bonne grâce. Si de bon gré, elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon cœur. » [Sourate 4 – Verset 4].
On voit dans nos cultures africaines et plus précisément dans certaines cultures tchadiennes, la dot n’est pas perçue comme dans le sens cité si haut, mais plutôt un moyen pour l’époux d’être le propriétaire d’un bien qui lui permettrait d’user et d’en abuser du Droit de la femme. Et pire encore, il se permet par la même occasion de faire chanter son épouse la restitution intégrale de ladite dot, surtout lorsque la femme est issue d’une famille pauvre. Il est dit dans le Coran et je cite:
 » Si vous voulez substituer une épouse à une autre, et que vous ayez donné à l’une un qintâr(15), n’en reprenez rien. Quoi! Le reprendriez-vous par injustice et péché manifeste?
Comment oseriez-vous le reprendre, après que l’union la plus intime vous ait associés l’un à l’autre et qu’elles aient obtenu de vous un engagement solennel?  » [Sourate 4 Verset 20-21 ].
La faute revient-elle aux parent de la mariée parce qu’ils ont considérés leur fille comme étant une marchandise à vendre et celle-ci serait cédée au plus offrant?

Seifadine Zakaria Moussa

À propos de l'auteur

Visualisation 1 Comments
Exprimez-vous
  1. Seifadine Zakaria Moussa,

    A votre question, je répondrai non tout de suite. C’est comme si on disait que parce qu’on a mis au monde un enfant, on doit le battre à sa guise. Ceux qui battent leurs femmes se comporteraient aussi sans pitié dans la société en général, à moins d’être tout simplement des malades mentaux. En fait, comme dans d’autres sociétés comme en Inde ou aux Comores et autrefois en Europe, la dôt étant versée par la femme, devrait-elle pour cela battre le pauvre mari?

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises html: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 

Pour plus de sécurité, veillez entrer la bonne réponse. *

Copyright © 2006 - 2013 — TCHADHANANA. Tous droits réservés | Développé par Ing. A.C Djorkodei
Merci pour votre visite !
Tweeter